Trace News, TV, Radios, VOD, Apps
Lifestyle Mode

Comment les réseaux sociaux influencent la mode

Que ce soit sur Facebook, Instagram, Snapchat, Pinterest ou Twitter, les stars du showbiz comme les consommateurs affichent allègrement leurs derniers achats sur les réseaux sociaux. Le résultat, c’est un marché en accéléré qui répond instantanément aux posts des influenceurs. Quand on sait que la mode en France pèse quelques 150 milliards d’euros par an, il n’y a rien d’étonnant à ce que les revendeurs et les marques cherchent eux aussi à se faire une place sur les réseaux sociaux.

Tout va plus vite

Avant Marc Zuckerberg et ses acolytes, il fallait attendre la parution de son magazine préféré pour découvrir les dernières tendances du tapis rouge, ce qui donnait aux marques le temps de peaufiner leurs collections. Aujourd’hui, il suffit que l’influenceur numéro un aux États-Unis, la chanteuse Camilla Cabello, apparaisse en imperméable moutarde à la Fashion Week de Londres pour que ses 18.1 millions d’abonnés sur Insta répandent aussitôt la nouvelle, créant immédiatement une frénésie sur Google qui se traduira par 34% d’augmentation des recherches des mots-clés cirés cuir jaune.

Les stratégies des maisons de couture

Confrontées à cet ouragan, les marques de haute couture et de prêt-à-porter adaptent et renouvellent encore et toujours leurs stratégies de marketing. Il y a les marques qui « likent », « retweetent » et répondent à toutes les images des influenceurs portant leurs dernières nouveautés – après tout, les experts s’accordent à dire qu’il faut s’investir et communiquer avec ses followers.

D’autres marques sélectionnent soigneusement les meilleures créations pour se positionner en expertes de la mode, et d’autres se complaisent dans un silence teinté de mystère – la maison Céline, dont les créations ciblent les femmes de 26-39 ans discrètement sophistiquées, n’a même pas de compte Facebook.

En parallèle, il y a celles qui sélectionnent soigneusement des posts prévus pour satisfaire leur public pendant des semaines – pendant la saison des Fashion Week, à l’automne dernier, Yves Saint Laurent a publié 4 posts en deux mois qui ont tenu en haleine quelques 4 millions de followers.

Enfin, certaines marques savent se faire désirer – la maison Dior a répondu à seulement 0.5% des posts de ses 12 millions d’abonnés l’année dernière. On peut dire qu’une réaction de la part de leur équipe de communication sur les réseaux sociaux, ça se mérite.   

Place au street-style

Quelle que soit la stratégie qu’ils aient adoptée, le phénomène présente de vrais challenges pour les maisons de couture et les revendeurs. Non seulement le rythme est de plus en plus rapide, ce qui n’est pas sans conséquence sur les lignes de production et l’organisation des collections, mais le catwalk n’a plus l’exclusivité des tendances.

C’est dans la rue (autrement dit sur les réseaux sociaux) que se développe la mode de demain, le street-style qui inspire les femmes d’aujourd’hui et plus particulièrement les 18-25 ans. Autrement dit, la stratégie la plus efficace est d’inspirer les influenceurs du net.

Shoot for @jordanbastille with @_brdraych

A post shared by Paris Street Style (@75streetstyle) on

Calvin Klein l’a bien compris, depuis que son ambassadrice Millie Bobby Brown, forte de ses 15 millions de followers, fait régulièrement grimper les statistiques de recherches Google en apparaissant sur le tapis rouge ou sur les réseaux sociaux en jeans blancs signés par le couturier. En effet, selon Lyst, la recherche des mots-clés robe rose Calvin Klein a augmenté de 31% après son apparition aux Screen Actors Guild Awards.

Les fans de mode l’auront compris : ces vedettes de la musique ou du cinéma qui nous semblaient si loin du commun des mortels il y a 10 ans se mettent à la portée des nouvelles générations par le biais des réseaux sociaux. La mode, aujourd’hui, est modelée par les réactions des consommateurs. Les marques n’ont qu’à bien se tenir.


(c) Malaika Firth / W Magazine


Dernières news
Trace News, TV, Radios, VOD, Apps