Trace News, TV, Radios, VOD, Apps
Musique News

INTERVIEW | Avec Fuego, Alrima joue le jeu du rap sans prise de tête

Modeste et plein d’enthousiasme Alrima, le rappeur de l’Essonne est revenu le temps d’un entretien sur sa musique durant lequel il a aussi donné son regard très particulier sur le music business.

Passionné de musique depuis toujours, Alrima commence le rap à 15 ans. En 2015, le rappeur signé chez ANUBIS dévoile son premier EP L’Histoire Commence. Deux ans plus tard et remonté à bloc c’est toute la hip hop sphère qui bouge au rythme de son banger de l’été « Claquettes Chaussettes ».

Fort de la réalisation de son premier album de 24 titres Fuego, le rappeur, maintenant nouvelle recrue du label Musicast est revenu le temps d’une interview sur la joie de vivre qui l’anime et ne cesse d’alimenter ces titres. Portant un regard optimiste et bienveillant sur ses compères rappeurs, l’artiste ne cache tout de même pas son détachement pour les rouages du music business et son caractère souvent trop « protocolaire » à son goût.

Le MC du 91 s’est ainsi ouvert en toute sincérité sur son amour pour la musique et sa volonté de présenter à travers son nouvel opus une autre facette de sa personnalité.

TRACE | Comment t’es venu l’idée du titre « Claquettes Chaussettes ? »

Alrima : Ça m’est venu parce qu’on était tous au studio, tous en claquettes chaussettes. C’était un délire à la base. C’était vraiment vite fait, j’ai mis une petite demi-heure. En une heure tout le son était réglé. C’était un bon délire.

Tu parles de « Claquettes Chaussettes » comme d’un mode de vie, qu’est-ce que tu veux dire par là ?

C’est que je suis tout le temps comme ça. On voyage beaucoup, quand on est en show, quand on est en tournée, même quand je sors faire les courses je suis en claquettes chaussettes,  C’est un mode de vie.

Est-ce qu’il y a une volonté de ta part de faire des sons de clubs ?

C’est que j’aime faire, quand on est en studio on aime bien danser. Quand y’a du monde au studio j’ai l’impression que je me dois de faire un son qui doit bouger, parce qu’il faut que les gens bougent avec moi. J’’aime tout ce qui est ambiance, j’ai beaucoup de joie de vivre,  je suis un hyperactif, j’arrive pas à rester sur place. J’ai toujours été comme ça, j’ai toujours eu la joie de vivre.

 

Ta collaboration avec Lartiste dans cet album, elle s’est faite comment ?

On s’est rencontré, je lui proposé d’être sur mon album, il a tout de suite accepté. J’ai fait la tournée avec lui et franchement ça s’est super bien passé. C’est vraiment une très bonne personne. La seule bonne personne dans la musique que j’ai rencontré, vraiment. Il a aucun intérêt a faire un truc avec moi mais il l’a fait.

Tu sors ton album chez Musicast, qu’est-ce qu’il s’est passé avec Def Jam ?

Hmm… On n’était pas sur la même lancée de travail. 

Y’avait une ligne directrice qu’ils voulaient avoir et fallait aller dans cette ligne directrice et on était pas forcément d’accord, parce que pour nous c’était pas celle qui marchait le plus. Comme « Claquettes-Chaussettes » ou « On se mélange pas » ils voulaient pas miser dessus, ils voulaient pas qu’ils soient dans un album et c’est les deux sons qui sont ressortis.

Après on a essayé d’aller dans leur direction et on a fait des sons comme « Je veille sur toi » avec des gros clips qui n’ont pas forcément marché. Donc ouais on était pas sur le même chemin. Et c’est vrai que j’ai du mal avec le professionnel. Je suis anti-business, je suis très simple, j’aime pas me prendre la tête sur des clips, j’aime bien faire ça au feeling. Après c’est partout pareil, même sans Def Jam on a ces discussions là. C’est comme ça.

Et est-ce que toi tu aurais l’ambition de monter ta propre structure comme Jul ou comme PNL  ?

Pourquoi pas un jour ouais, mais c’est pas le moment. Déjà que j’y connais rien aux papiers moi, ça faut m’oublier, je suis anti-paperasse ! Je veux juste faire de la musique, je veux juste chanter. (rires)

Tu chantes sur beaucoup des titres de ton album, pourquoi ce choix ? D’ailleurs c’est une tendance que l’on retrouve beaucoup chez les rappeurs, qu’en penses-tu ?  

Ça m’entraine bien, j’ai toujours aimé ce qui était dansant etc… Même si j’aime beaucoup le rap, à côté c’est vrai que j’écoute beaucoup de rap un peu plus « dur ». Mais j’aime bien ce qui est chantant, dansant, je trouve que ça apporte une joie que le rap n’apporte pas. Je trouve ça bien moi. Je suis ouvert, je ne suis pas fermé.

 

Tu as des influences en particulier ?

Je fais ce qui me plait. Après j’essaie d’écouter à droite à gauche mais il n’y a personne qui m’influence. Mais en ce moment j’écoute beaucoup de sons hollandais, parce qu’ils commencent à arriver fort et j’aime bien, c’est un vrai délire. Y’en a beaucoup que j’écoute, il y a Dope Boy, Josylvio, Boef.

 

Pour toi « rap de chicha » c’est un terme qui est péjoratif ? Comment tu le prends ?

Je le prend mal dans le fond mais c’est le jeu.  Quand tu fais de la musique on te met directement dans une catégorie. Je le prend mal parce que j’aime pas la chicha, je ne fume pas donc je n’y vais jamais à part pour m’y représenter. C’est pour ça que ça me pique un peu. Bon après c’est le jeu, moi j’en veux à personne, les gens doivent te juger par rapport à ça. C’est le monde de la musique, t‘es exposé, t’es un personnage public. Et c’est ce que je montre peut-être, c’est comme ça c’est la vie.

 

Comment tu penses que les gens vont réceptionner ce premier album ? As-tu une petite pression ou es-tu plutôt confiant ?

Ça va, j’ai pas de pression parce que ça sert à rien de se la mettre, la pression. S’ils veulent l’acheter ils l’achètent s’ils veulent pas, il veulent pas. Même si j’aimerais qu’ils l’achètent. Mais, c’est le jeu. Dans l’album il y a des sons qui sont pas dans le style de ceux que je sors d’habitude. Ils découvriront autre chose de moi et c’est pour ça que j’aimerais qu’ils l’écoutent. C’est vrai que les gens me connaissent avec des sons dansants, « sons de chicha » mais il n’y a pas que ça, j’aimerais qu’ils le voient, ça.


*Cette interview a été éditée pour plus de clarté.

(c) Musicast

 


Dernières news
Trace News, TV, Radios, VOD, Apps