Trace News, TV, Radios, VOD, Apps
Musique News

Johnny Hallyday et le rap : une relation respectueuse en 5 points

johnny-hallyday-minister-amer

De sa collaboration improbable avec le Ministère AMER à son amour pour la musique de Jul, retour sur la relation emplie de respect entre Johnny Hallyday et le monde du rap français.

Une légende de la musique française s’est éteinte ce mardi 5 décembre. Après plusieurs mois à combattre la maladie, Johnny Hallyday, 74 ans, a succombé à un concert du poumon. Véritable monstre sacré, il avait enregistré près de 80 albums (dont 40 certifiés disques d’or) et vendu 110 millions de disques au cours de sa carrière longue de 50 ans.

Surnommé l’idole des jeunes, il aura traversé les âges et accompagné des générations de Français qui lui rendent hommage aujourd’hui. Sachant s’adapter, Johnny a côtoyé plusieurs styles musicaux dont le rap et on s’est penché sur sa relation avec ce genre musical dominant.

1. Sa collaboration avec le Ministère AMER

En 2006, Johnny Hallyday sort l’album Ma Vérité sur lequel on retrouve un featuring improbable avec le Ministère AMER. Les auteurs du très controversé “Sacrifice de poulet” posent sur le titre “Le Temps qui passe” entouré de celui qu’ils appellent le parrain. Dans le clip, les artistes jouent des taulards emprisonnés pour braquage de banque. De cette collaboration, Passi commentera : “On ne regrette pas ce titre car on a vu le côté blouson noir de Johnny“.

Par ailleurs, interviewés par le magazine Les Inrocks en 2014, Stomy et Passi étaient revenus sur une anecdote assez drôle. Lors de répétitions du morceau à Cannes, les 2/3 du Ministère ont assisté à une scène de mise à l’amende de Gyneco par Johnny en personne car il avait manqué un déjeuner organisé par la star.

A un moment du repas, Johnny s’arrête et me dit : “Stomy, appelle-moi Gynéco. Je lui fait à manger et il ne vient pas ?” Du coup Gynéco s’est pointé et là, Johnny l’a mis à l’amende: “Regarde-moi dans les yeux Gynéco ! Je te fais à manger et tu ne viens pas ! (…) Tu végètes Gynéco, rappe !” C’était magnifique [rires]”, se souvient Stomy.

2. Des tubes samplés

Qu’on aime ou qu’on n’aime pas Johnny Hallyday, la musique du chanteur était clairement incontournable. Sa discographie regorge de morceaux inscrits dans l’inconscient collectif et ça certains rappeurs l’ont bien compris. C’est ainsi qu’on a retrouvé ses mélodies samplées chez certains d’entre eux dont “Les Portes du Pénitencier” chez Shtar Academy feat. Nekfeu, Soprano & Alonzo ou encore “Le Ghetto” repris par le rappeur américain F.T. mais aussi “Ma Gueule” sur le titre du même nom de Swift Guad, Davodka et Mani Deïz.

3. Une légende incontestée

Alors que les hommages pleuvent sur les réseaux sociaux, certains artistes avaient déjà rendu hommage à Johnny Hallyday de son vivant. Au début de l’année, Hayce Lemsi affirmait qu’il pouvait tenir “aussi longtemps que Johnny Hallyday” sur un morceau du même nom. Avant ça, les rappeurs de la MZ s’imaginaient en rock stars et “se sentaient comme Johnny” sur un morceau et dans un clip bourrés de références au chanteur.

4. L’art de la punchline

En 2013, dans une interview avec un journal belge, Booba s’exprime sur Johnny Hallyday après qu’un parralèle soit établi entre la longévité de la carrière du chanteur. Ce à quoi le boss du 92i répond : “Je suis pas admiratif de sa carrière, bien que je n’ai rien contre lui. Je ne trouve pas qu’il a été au top tout au long de sa carrière. Il n’a pas traversé le temps, il n’a réussi que grâce à ses fans. Aujourd’hui, il n’a pas de hits. Et il a eu besoin de compositeurs pour rebondir : Obispo, Goldman… Moi, j’écris mes paroles. On n’a pas le même parcours. Je ne rêve pas de sa carrière”.

Une déclaration qui arrivera jusqu’aux oreilles de Johnny qui se contentera de tweeter avec humour : “Booba c’est qui ?

5. Fan de Jul ?

En 2016, invité lors d’une émission de variétés sur France 2, le Marseillais Jul a eu l’honneur de partager la scène avec Johnny Hallyday. Et apparemment ce dernier aurait apprécié la musique du jeune chanteur. “Le directeur de France 2 m’a dit que pendant que je faisais mes répétitions, Johnny me regardait, il aimait bien ce que je faisais. C’est fou, ça fait plaisir”, avait confié Jul au magazine Rap R&B.

 

Bonus

Repose en paix Johnny.


Dernières news
Trace News, TV, Radios, VOD, Apps