Trace News, TV, Radios, VOD, Apps
Culture Opinion

Oui, porter une blackface pour Halloween ou toute autre fête déguisée est raciste

En ce 31 octobre, réfléchissez à deux fois avant de sortir de chez vous déguisé(e) en “Noir(e)” pour votre soirée d’Halloween.

Tout comme il y a des blagues qui ne passent pas, il y a des costumes qui offensent plus qu’il ne divertissent. Le 22 juin dernier dans l’émission C’Cauet diffusée sur la chaîne NRJ 12, le chanteur français Keen’V était invité à interpréter ses “tubes” dont le très problématique single “Elle t’a maté (Fatoumata)”.

Durant sa performance, un homme blanc débarque sur scène, la peau peinte en noir, les lèvres rouges, une perruque “afro” sur la tête et des ballons gonflés placés au niveau de la poitrine. Cet homme qui grimace et qui danse lourdement autour de la vedette, c’est Loris Giuliano, assistant de production de l’émission.

Si lui y voit un déguisement réussi de Fatoumata, une femme noire, de nombreux téléspectateurs y ont vu quant à eux un énième cas de blackface et ils n’ont pas eu tort. C’est précisément ce qu’on peut voir dans la vidéo ci-dessous.

keenv-black-face-cauet-csa

Une caricature qui renvoie à des stéréotypes péjoratifs est raciste

Suite à la diffusion de cette séquence, de nombreux internautes ont saisi le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) et ont espéré obtenir une sanction pour la chaîne NRJ 12 et l’émission de Cauet.

Jeudi 27 octobre dernier, une réponse aux plaignants a été publiée sur le site du CSA. “Après examen, le Conseil a considéré que cette caricature, qui se voulait humoristique, renvoyait à un stéréotype péjoratif et était de nature à choquer. Toutefois, il a estimé que cette séquence, qui a donné lieu à des excuses, n’avait pas pour but de discriminer un groupe de personnes à raison de leur origine. En conséquence, il a décidé de ne pas intervenir à l’encontre de la société NRJ“, peut-on lire dans la note.

Des excuses et on oublie tout ? Pas possible quand on connaît les origines du blackface. Et en pleine période d’Halloween, LA fête déguisée par excellence, c’est l’occasion de rappeler que contrairement à ce que dit le CSA, une caricature qui renvoie à un stéréotype péjoratif est à juste titre discriminatoire et tout simplement raciste. Même si “c’était pas le but”. Même si “c’était pour rire”.

Les héritiers d’une tradition née durant la ségrégation

À la télévision, le cas NRJ12 n’est malheureusement ni une première ni une exception. Le blackface, on l’a vu sur le plateau de Touche Pas à Mon Poste quand des chroniqueurs voulaient se la jouer Compagnie Créole (sic) ou encore sur C8 (à l’époque D8) pour le Palmashow où un humoriste imitait Maître Gims.

tpmp-blackface-hanouna

Valérie Benaim et Jean-Michel Maire grimés en noir dans TPMP

palma-show

Deux humoristes du Palma Show

À chaque fois, le malaise et surtout la colère d’avoir à répéter pourquoi se peindre en noir est offensant. Pour rappel, le blackface  a connu son heure de gloire aux XIXe siècle aux Etats-Unis durant les lois ségrégationnistes de Jim Crow. Dans les minstrel shows, des comédiens blancs maquillés de façon grotesque (lèvres maculées de rouge et teint au cirage noir) amusaient les foules en incarnant les pires stéréotypes sur les personnes noires.

L'acteur Al Jolson & Mae Clark dans le film The Jazz Singer (1927)

L’acteur Al Jolson & Mae Clark dans le film The Jazz Singer (1927)

L’idée était de dresser un portrait caricatural à souhait de l’homme noir soit disant stupide, moche, paresseux, voleur, menteur et autre caractéristiques péjoratives faussement attribuées à cette communauté en particulier. Les origines du blackface s’inspirent de la tradition d’exhiber les noirs pour amuser les blancs, pendant les ventes d’esclaves africains, selon l’auteur John Strausbaugh.

Vous comprendrez pourquoi une telle pratique reproduite aujourd’hui continue de choquer. Et de voir qu’en 2016, des personnes puissent se faire consciemment ou inconsciemment les héritières de cette tradition raciste est inacceptable. C’est aussi inexcusable.

Blackface, yellowface, redface : les cultures ne sont pas des déguisements

Chaque année, quand on arrive à la période d’Halloween, c’est la même chose, la même crainte. Si vous êtes invités à une fête déguisée ce soir, il y aura peut-être une personne qui sera grimée en noir. Cette personne est volontairement ignorante et il ne faudra pas hésiter à lui dire.

Dans le cas où vous êtes cette personne et que vous avez eu l’idée stupide de vous recouvrir la peau de fond de teint pour ressembler à Nicki Minaj ou à Kanye West, demandez-vous si une perruque rose et un string ou une paire de shutter glasses n’étaient pas des accessoires assez évidents pour comprendre votre costume. Parce qu’être noir n’est pas un déguisement en soi.

Une célèbre campagne devenue virale réalisée par les étudiants d’une université américaine résume parfaitement l’idée :

50818341e406d

“Tu portes le déguisement pour une nuit. Je porte la stigmatisation à vie.”

C’est valable également pour les autres communautés. Vous avez décidé d’être Bruce Lee cette année ? Sa célèbre combinaison jaune suffira, vous pouvez ranger la peinture. Vous adorez les coiffes des Amérindiens et vous pensez que c’est un déguisement original ? Remballez. Les tenues traditionnelles de cette communauté ne sont pas des costumes.

Il ne s’agit pas ici de sensibilité ou de soi disant liberté d’expression encore moins de rectitude politique. Il s’agit de respect commun et de savoir vivre ensemble. Et si certains n’arrivent toujours pas à comprendre ça, qu’ils admettent au moins que leurs idées de costumes sont à vomir. Même si “c’était pas le but”. Même si “c’était pour rire”.


Dernières news
Trace News, TV, Radios, VOD, Apps