Trace News, TV, Radios, VOD, Apps
Musique Features

J. Perry part à la conquête du monde avec son album ‘Kiyès ou Ye’

Jperry-interview

Après avoir créé le buzz avec son morceau “Kiyès ou Ye”, Jonathan Perry alias J. Perry s’apprête à sortir son album studio du même nom.

Jonathan Perry a toujours su qu’il serait musicien. Depuis ses premières leçons de piano quand il avait 6 ans. D’abord ennuyé par la musique classique, il commence à y prendre goût quand il réalise qu’il est plutôt bon dans son domaine. Encouragé par sa mère et son professeur de musique de l’époque, il poursuit l’apprentissage et se met également à produire des beats et à écrire des chansons. “Je voulais être producteur mais tout a changé quand j’ai commencé à écrire des chansons et à chanter. (…) Mes amis et ma famille m’ont vraiment encouragé et c’est pour ça que je suis là aujourd’hui“, raconte-t-il.

Né à Haïti à la fin des années 80, Jonathan est un grand fan de reggae, de pompa, et de musique caribéenne en général. Des influences qui se retrouvent dans sa musique et qu’il a incorporé dans son album Kiyès Ou Ye, disponible début juillet. Alors qu’il a créé le buzz avec son morceau du même nom, J Perry a accepté de répondre aux questions de TRACE en attendant le jour J.

kiyes-ou-ye-campagne

TRACE | Ton morceau “Kiyès ou Ye” cartonne depuis sa sortie et est vraiment devenu viral, peux-tu nous en dire plus ?

J.Perry | “Kiyès ou Ye” est un morceau spécial, c’est mon dernier single. Il est important pour moi parce que partout dans le monde et pas qu’en Haïti, on met toujours en avant la couleur de la peau avant ce que nous sommes réellement. En français, “Kiyès ou Ye” veut dire “Qui es tu ?”. La plus part des Haïtiens sont noirs alors même ici des gens doutaient de mes origines juste parce que je suis blanc de peau. Tout ça était dans ma tête quand j’ai écrit ce morceau.  Je voulais montrer que ce n’est pas la couleur de la peau qui définit ce que nous sommes. Il y a plusieurs types d’Haïtiens. Avant de lancer le single, on a fait une campagne de promotion. L’idée était de mettre des photos d’Haïtiens sur des grandes affiches pour montrer la diversité du pays.

Comment le public a réagi à ce morceau ?

Il a adoré ! J’étais très content car comme je l’ai dit ce morceau est spécial pour moi. A un moment dans vie, je me sentais un peu mis à l’écart et isolé. Parce que dans mon propre pays on me disait que je n’étais pas haïtien.  La campagne a super bien marché, les gens ont aimé les paroles et le beat. Maintenant ils attendent l’album qui sera disponible la première semaine de juillet.

Parle nous de ton album, il est “fini-fini” ou tu travailles encore dessus ?

Il est fini-fini ! On finit de mixer les morceaux, ensuite ce sera le mastering… A la fin du mois, ce sera prêt.  On le sortira le 3 ou le 4 juillet et on a décidé de l’appeler Kiyès Ou Ye.

Quel genre de morceaux pourra-t-on retrouver sur ton album ?

Il y a du reggae ça c’est sûr. J’aime bien expérimenter donc les rythmes que je crée n’ont pas d’appellation spécifique. J’appelle ça “Caribbean Music” tout simplement. On y trouvera un peu de tout. Un peu de dance mélangé à du rara. C’est vraiment de la feel-good music. Je n’ai jamais aimé les vibes ou les musiques tristes donc la majeure partie de l’album a cette vibe caribéenne, tropicale, joyeuse.

Un de tes morceaux, “Bouje” s’est récemment retrouvé sur la bande originale du film Cars 3 de Disney, comment ça s’est passé ?

Mon staff et moi essayons vraiment de percer à l’international donc c’est une grande réussite pour nous d’avoir une chanson dans un film Disney. “Bouje” est un morceau en créole et en anglais donc ça prouve que que ce n’est pas la langue qui définit la qualité ou non d’un morceau. C’est aussi  grâce à la communauté Zumba qu’on a atteint ce but. Sur YouTube, il y a une vidéo où des personnes font une choré de Zumba sur le morceau “Bouje” et il y a plus de 50 millions de vues dessus ! Disney a vu cette vidéo et a dit “On veut ce morceau”.  J’étais récemment à Miami pour voir le film et c’était incroyable d’être dans un cinéma aux Etats-Unis pour regarder un film avec ma musique dedans.

Comment va la scène musicale en Haïti ?

La scène musicale va bien dans le sens où il y a beaucoup de nouveaux jeunes artistes qui débarquent avec de la musique géniale et beaucoup de talent. C’est seulement en terme de royalties et de droits que les choses n’avancent pas. Les artistes ne sont pas payés quand leurs chansons passent à la radio par exemple et c’est vraiment un gros problème.  Je pense que si l’on résout ce souci, ça encouragera les artistes à travailler encore plus dur.

En tant qu’artiste caribéen, que penses-tu de cette vague dancehall qu’on entend partout dans la musique mainstream de nos jours de Justin Bieber à Drake ?

Je pense que c’est enfin notre moment ! C’est enfin notre heure de montrer ce qu’on possède et d’aller en studio pour faire des hits. Ces artistes internationaux font de gros tubes avec notre vibe alors pourquoi on pourrait pas faire la même ? Donc ce qui se passe est assez excitant . Le succès a l’air d’être à portée de main maintenant. Tout ce que nous avons à faire c’est le saisir, il est juste là.

Kiyes ou Ye


Cette interview a été éditée pour plus de clarté.

 


Dernières news
Trace News, TV, Radios, VOD, Apps