Trace News, TV, Radios, VOD, Apps
People News

Ce que l’on a appris de l’interview exclusive de Beyoncé pour Vogue

Pour le Vogue américain, la diva Beyoncé s’est confiée sur sa dernière grossesse, son changement physique, son héritage…

Décidément le magazine Vogue a choisi de marquer le coup pour ses numéros de Septembre 2018. Alors que Rihanna a été choisie pour être la cover girl de la September Issue de l’édition britannique du célèbre magazine, on apprenait dans la foulée que Beyoncé aurait le même statut mais outre-Atlantique.

Celle qui ne donne plus d’interviews à la presse depuis plusieurs années déjà, brise le silence dans un entretien-fleuve mené par Clover Hope, une jeune journaliste afro-américaine. Pour ses photos, elle a choisi Tyler Mitchell, un photographe de 23 ans, devenu dans la foulée le premier photographe noir en charge de la cover de la September Issue aux Etats-Unis.

Comme elle le révélera elle même dans son interview, Beyoncé a choisi de poser au naturel pour ses clichés. Peu de maquillage, cheveux naturels, la chanteuse qui est actuellement en tournée avec son mari Jay-Z apparaît sereine et apaisée. “Je pense que c’est important pour les femmes et les hommes de voir et d’apprécier la beauté de leur corps au naturel. C’est pour ça que j’ai enlevé la perruque, les extensions et que j’ai utilisé très peu de maquillage pour ce shooting“, déclare-t-elle.

Dans cette interview, Queen Bey se confie aussi sur sa dernière grossesse, sa transformation physique ou encore sa famille, voilà ce qu’on a retenu :

Elle a accouché des jumeaux par césarienne

“Je pesais presque 100 kilos quand j’ai accouché de Rumi et Sir. J’étais toute gonflée à cause de la toxémie et ca faisait un mois que j’étais alitée. Ma santé et celle de mes enfants étaient en danger donc j’ai du avoir une césarienne d’urgence. (…) “

Elle a suivi un régime très stricte pour préparer Coachella

“J’ai commencé à me préparer pour Coachella, 6 mois après avoir accouché. Je suis devenue vegan, j’ai arrêté le café, l’alcool et les jus de fruits. “

Elle a totalement accepté sa récente prise de poids

“Aujourd’hui mes bras, mes épaules, ma poitrine et mes cuisses sont bien charnus. J’ai encore un petit bidon post-grossesse et je ne suis pas pressée de m’en débarrasser. Je trouve qu’il me rattache à la réalité. Quand je serais prête à avoir des abdos, je me mettrais en mode bestial et je travaillerais comme une malade pour l’avoir. Mais pour le moment moi et mon F.U.P.A on est fait pour s’entendre.” 

Son histoire familiale est marqué par la souffrance

“J’ai fait des recherches sur mes ancêtres récemment et j’ai appris que je descend d’un propriétaire d’esclaves qui est tombé amoureux et qui a épousé une esclave. Ca m’a pris du temps d’encaisser cette révélation.

Elle compte bien continuer d’ouvrir des portes aux communautés sous-représentées

“Quand j’ai commencé ma carrière, il y a 21 ans, on m’a dit que c’était difficile pour moi de faire des couvertures de magazines parce que les noirs ça ne vend pas. Clairement, il a été prouvé que c’est un mythe. (…) C’est important pour moi d’aider à ouvrir des portes aux jeunes artistes. Il y a tellement de barrières sociales et culturelles que j’aimerais faire ce quiet en mon pouvoir pour égaliser les chances afin de présenter des point de vues différents pour des gens qui pourraient se dire que leur voix ne compte pas.”

L’interview intégrale en anglais est à découvrir ici.


Dernières news
Trace News, TV, Radios, VOD, Apps